Fiches techniques

Traitements

Les classes de risques biologiques du bois et leur classe d’emploi

Définition

Selon son utilisation et la façon dont il est mis en œuvre, le bois est plus ou moins exposé à l’agression d’un ou plusieurs agents biologiques. Toutes les situations ont été regroupées en catégories dans lesquelles les risques sont les mêmes ou très comparables. On définit ainsi 5 classes d’emploi hiérarchisées essentiellement par rapport aux possibilités d’être mouillé et les durées d’humidification du bois (s’il ressèche plus ou moins vite). Dans les zones géographiques sensibles, le risque lié aux termites est présent dans toutes les classes.

Que disent les normes
NF EN 335-2 et NF X 40-100 ?

Classe d’emploi 1

  • Situation : bois toujours sec. Humidité du bois en service inférieure à 20 %.
  • Risques biologiques : insectes.
  • Emplois : meubles, menuiseries intérieures, parquets.

Classe d’emploi 2

  • Situation : bois au sec dont la surface est ou peut être humidifiée temporairement lors du stockage, de la pose ou accidentellement. Humidité du bois en service inférieure à 20 %. Hors de contact du sol, abrité.
  • Risques biologiques : insectes et basidiomycètes de surface (champignons).
  • Emplois : charpentes, planchers, ossatures.

Classe d’emploi 3.1 (à l’extérieur, au-dessus du sol, protégé)

  • Situation : bois en extérieur soumis en alternance à des réhumidifications et  reséchages mais pouvant bien ressuyer entre les différentes phases. Bois hors  contact avec le sol.
  • Risques biologiques : pourritures, insectes.
  • Emplois : menuiseries extérieures, bardages faiblement exposés (pose verticale sous débord de toiture par exemple mais pas horizontale), auvents, bâtiments non fermés.

Classe d’emploi 3.2 (à l’extérieur, au-dessus du sol, non protégé)

  • Situation : bois en extérieur soumis à des alternances d’humidité et de reséchage dans des situations de réhumidification plus fréquentes et plus profondes que pour le risque 3.1. Bois hors contact avec le sol. Bois non abrité.
  • Risques biologiques : pourritures, insectes.
  • Emplois : menuiseries extérieures, bardages exposés et pose horizontale, auvents, bâtiments non fermés.

Classe d’emploi 4.1 (à l’extérieur, en contact avec le sol et/ou l’eau douce)

  • Situation : bois dont l’humidité est souvent supérieure à 20 % dans tout ou partie de son volume. Bois en contact avec le sol. Parties de bois avec des fentes exposées à la pluie.
  • Risques biologiques : pourritures, insectes.
  • Emplois : terrasses, pergolas, bordures de jardin, rambardes.

Classe d’emploi 4.2 (à l’extérieur, en contact sévère avec le sol et/ou l’eau douce)

  • Situation : bois dont l’humidité est toujours supérieure à 20 %. Bois en contact avec un sol humide.
  • Risques biologiques : pourritures, insectes.
  • Emplois : terrasses, pergolas, bordures de jardin, rambardes.

Classe d’emploi 5

  • Situation : bois en contact avec de l’eau salée.
  • Risques biologiques pour les parties émergées : Pourritures, insectes. Sous l’eau : térébrants marins.
  • Emplois : quais, pontons.

Quelques conseils d’utilisation

Pour certaines classes d’emploi, on pourrait donc utiliser quelques essences sans traitement :

  • le mélèze, le Douglas et le pin sylvestre en classes d’emploi 1, 2 et 3. Mais ceci suppose que le bois soit exempt d’aubier car la durabilité ne concerne que le bois de cœur. Mais attention, il n’est pas possible de scier du pin sylvestre « hors aubier » (desaubiéré).
  • le Douglas en différentes sections de charpente et le mélèze en bardage peuvent être utilisés sans traitement jusqu’en classe d’emploi 3 s’ils sont bien demandés « hors aubier ». Dans ce cas, s’attendre à un noircissement du bardage les premières années puis à un grisaillement argenté.
Fiche mise à jour en mars 2013